Hong Kong, derrière les clichés [IN FRENCH]

“Il y a autant de façons de découvrir Hong Kong que de néons dans ses rues. On aime s’y perdre et se fondre dans la foule. La belle Hong Kong est loin d’être parfaite : les rues grouillent de monde, il fait souvent chaud et (trop) humide et les tempêtes peuvent être d’une violence extrême. Paradoxalement, ses défauts font partie intégrante de sa personnalité, de sa beauté.”

Extrait - Hong Kong L’Essentiel, Editions Nomades - Auteur : Marie Pottiez

Hong Kong, derrière les clichés

Hong Kong est une de ces villes dont on se fait une image avant d’y avoir mis les pieds -souvent influencée par un quelconque reportage sur la Chine ou le Japon. Nous aussi, on est arrivé avec un paquet de préjugés. Fraîchement mariés, la vingtaine, on débarque dans cette ville immense sans jamais avoir lu un livre sur le sujet. G y est passé il y a dix ans, en escale de 8 heures, sur la route de l’Australie. Il a juré qu’il n’y remettrait jamais les pieds -trop de monde, trop chaud, trop de… ville.”Il faudrait être fou pour vivre ici!”* Hong Kong, c’est une ville qui s’apprivoise. Pleine de recoins cachés, de ruelles secrètes et de surprises. Pleine d’histoire et de dim sum**. Pleine de FOLIE !

*Le fou qui persiste dans sa folie deviendra sage. - William Blake
**Les dim sum c’est important.


Hong Kong, derrière les clichés

Nos premiers pas dans celle qu’on appelle le 852

Il est tard. Après un long vol depuis Paris, on saute dans un taxi direction l’hôtel réservé par le nouvel employeur de G, au fin fond des Nouveaux Territoires. Je suis subjuguée par le nombre de smartphones accrochés au tableau de bord -un véritable cockpit d’avion! Le jour suivant, je rejoins la gare routière en quête d’un bus “to the city center”. Le chauffeur a les yeux qui sortent des orbites -city center? À y repenser, c’était plutôt audacieux de ma part -demandez à un taxi parisien de vous déposer au centre ville, pour voir. Arrivée à Central, les gratte-ciels me donnent le tournis. Dans les parcs, les oiseaux multicolores survolent les palmiers. Derrière, des tours de verre immenses. Chaque petite ruelle sombre regorge de trésors -quand ce n’est pas un vieux marchant de tampons chinois traditionnels, c’est un bar branché ultra secret. Aujourd’hui cela fait plus de cinq ans et cette ville n’a pas cessé une minute de nous éblouir. Une mosaïque surprenante qui évolue perpétuellement.


aïe, mes oreilles ! - ces clichés sur hong kong



  • L’Asie, ça me branche pas. Celui-ci, on l’a tellement entendu - et honnêtement, on ne sait jamais vraiment quoi répondre.

  • Je refuse de voyager dans un pays où ils mangent du chien. Dans ce cas, évitez certaines tribus du nord du Vietnam ainsi que certains villages reculés de Chine. À Hong Kong, nos dim sum, on les mange au porc ou aux crevettes !

  • Partir si loin juste pour faire de la ville, non merci. 70% du territoire hong-kongais est fait de parcs nationaux. Vous seriez surpris des plages et de la jungle luxuriante qui vous attendent ici.

  • Hong Kong, c’est un sacré budget. Certes, le point noir de HK, c’est le logement. Mais il y a de plus en plus d’options raisonnables en Airbnb en plein centre. Ensuite, c’est comme partout : si vous mangez local, que vous privilégiez les transports en commun et que vous passez du temps dans la nature, votre portefeuille se portera bien.

  • J’aime pas manger chinois. Les nems, c’est gras. Les “nems” que l’on trouve en restaurants asiatiques en France ne sont pas chinois mais vietnamiens. La cuisine cantonaise a de nombreuses spécialités, dont les dim sum, petites bouchées vapeur délicieuses. Mais surtout la ville est truffée de restaurants avec des cuisines des quatre coins du monde !

  • Il parait que les japonais ne parlent pas anglais. Pour commencer, on cherche toujours à résoudre le mystère du français qui pense que Hong Kong se situe au Japon -ne vous sentez pas gêné, vous n’êtes pas le seul… mais POURQUOI? Hong Kong est une région administrative spéciale chinoise, Ancienne colonie britannique, elle est indépendante depuis 1997, et sera rendue à la Chine en 2047. Donc ce n’est pas non plus la Chine. C’est Hong Kong.

  • Je préfère une destination plus authentique. Si certains quartiers de la ville se veulent aujourd’hui ultra modernes, derrière, les échoppes traditionnelles ne sont jamais bien loin. Le bruit des pièces de Mahjong résonne dans les villages durant le Nouvel An Chinois, l’odeur des plantes médicinales chinoises embaume les ruelles et les boutiques de poissons séchés font toujours fureur chez les locaux. Hong Kong a gardé son âme. Et elle est belle.






HONG KONG L’ESSENTIEL” : MON GUIDE AUX EDITIONS NOMADES

L’anti-guide. Celui qui sort des rails, qui oublie le Peak pour vous parler de la petite crique découverte au cours d’une jolie rando, d’un bar secret introuvable et connu seulement des locaux, des marchés pour voyageurs et pas pour touristes. Écrit entièrement à deux mains (oui les miennes!) -ce qui veut dire pas de partenariats, pas de collaborations, une confiance absolue de la part des Editions Nomades qui veulent du vrai, du vécu, de l’authentique, du personnel.

On y découvre des adresses où prendre un thé glacé au Yuzu, le dernier spot Instagram qui chauffe, mais aussi des idées alternatives pour manger healthy, se mettre au vert et découvrir le Hong Kong des hong-kongais. On y rencontre même des personnalités au travers de quelques interviews -qui elles nous dévoilent leurs petites adresses.

#HongKongLEssentiel, c’est cinq ans de vie dans cette ville extraordinaire, des rencontres, des recherches (j’en ai mangé des dim sum pour vous trouver les meilleurs! J’ai le sens du sacrifice, que voulez-vous…), et surtout beaucoup d’amour. Aujourd’hui en vente en boutiques (La Fnac, Cultura-la-la-la-la & Cie) et en ligne, notamment sur le site des Editions Nomades, il attend d’être feuilleté dans la rue des antiquaires, un ginger tea à la main. Dans l’avion, entre deux plateaux repas. Ou bien dans votre canapé en attendant le jour du départ.

J’essaie de contenir ma joie avec de jolis mots mais dans ma tête résonnent des WAHOU, des AHHHH et des YAYYY. Un immense merci à Florie, Viviane et Christophe sans qui cette belle aventure n’aurait pas été possible.
#dreamcometrue #hashtagcheesy #whocaresjaiecrisunguide #fromhongkongwithlove